dimanche 25 novembre 2007

Nous ne sommes pas seuls...

Depuis fort longtemps, une espèce a réussi à conquérir tous les milieux de la planète, sédentaire ou nomade, elle a développé la culture de denrées et l'élevage, elle a construit des villes et même des mégalopoles s'étendant sur des kilomètres de distance...Elle maîtrise à la perfection l'architecture et la protection de son environnement. Mais c’est aussi une espèce qui pratique parfois l'esclavagisme et mène des guerres meurtrières et sans pitié...
Cette espèce agit dans l'ombre depuis des millions d'années, comptant des milliards d'individus foulant de la patte notre planète...Il s'agit comme vous l'aurez certainement deviné de la fourmi! Ces petits hexapodes (6 pattes) sont d'une incroyable sophistication, en effet ces animaux sociaux ont de quoi nous apprendre sur la gestion d'une population! Pour vous le prouver, je vous ai concocté un petit mic-mac des choses les plus extraordinaires que j'ai pu lire ou entendre sur ces charmants hyménoptères (hymen : membrane, ptère : aile).


Commençons par l’agriculture, celle-ci n’est en rien la découverte de l’Homme, les fourmis, bien avant nous partaient dans les champs pour récolter les graines. Un exemple fameux est la fourmi moissonneuse, vivant aux abords du bassin méditerranéen, qui construit des fourmilières cachant de véritables entrepôts à graine d'une sophistication architecturale incroyable. Ouvrières et Guerrières travaillent ensemble à la récolte, les guerrières coupant les graines à l'aide de leurs puissantes mandibules, et les ouvrières elles, sont chargées de les ramener au nid.

Mais les moissonneuses ne sont pas les seules à pratiquer la culture, d’autres font encore mieux. En effet il existe des fourmis que vous avez déjà certainement vues à la télévision appelées coupeuses de feuilles. Ce sont ces fourmis qui portent, on ne sait trop comment, des feuilles qui font 10 fois leur taille et poids. Mais pourquoi ? Pour les manger me direz vous, et bien non. Elles coupent ces feuilles, les ramènent à la fourmilière pour leur faire subir un traitement de choc. Elles les découpent et les re-découpent afin d’obtenir une sorte de pâte de feuille, qu’elles déposent dans une pièce spéciale. Puis au bout de quelques jours, des champignons font leur apparition sur cet engrais approprié. Et attention pas n’importe quel champignon. Elles sélectionnent ceux dont elles se nourrissent, les autres sont littéralement éliminés de leurs champs souterrains !


Après l’agriculture vient l’élevage. L’Homme possède des animaux comme les vaches, les chèvres, etc. Les fourmis elles aussi possèdent leurs cheptels. Mais à leur échelle. Vous avez surement été témoin de la traite des pucerons au moins une fois dans votre vie. Il faut en fait savoir que les pucerons, parasites et suceurs de sève des arbres, sécrètent une petite bille de liquide appelé le miellat. Cette boule sucrée et infiniment nutritive est un met de choix pour les demoiselles fourmis. Ces dernières font donc preuve d’une grande délicatesse vis-à-vis de ces pucerons qu’elles caressent et stimulent, afin qu’ils leur délivrent le précieux liquide. Et gare à ceux qui voudront manger les petits pucerons, pire que des chiens de garde, les fourmis mettront à mort tout individu cherchant à détruire leurs délicieux protégés ! Ce cas de mutualisme est observable en France et même dans votre jardin. En effet, beaucoup de fourmis pratiquent cette forme d’élevage, ce qui pose problème à la plupart des jardiniers d’ailleurs !

Comme on a pu le voir jusqu'à maintenant, les fourmis sont des êtres prévoyants, et pas qu'à moitié, ce phénomène est poussé à l'extrême avec les fourmis à miel. C'est une évolution de certains individus de la colonie, spécialisés dans le stockage de nourriture. Ces fourmis à l'abdomen démesurément chargé de nourriture restent suspendues toute leur vie au plafond de la fourmilière, laissant tomber des denrées aux fourmis venues pour un repas.

Mais là je vous fais un portrait flatteur de ces braves bêtes. Mais elles ne sont pas que de gentilles agricultrices ou éleveuses de pucerons. Les fourmis sont aussi de redoutables guerrières, qui n’hésitant pas à croiser la mandibule avec ses congénères ou avec d’autres espèces...

Dans le genre vraiment pas sympa, je citerais les fourmis esclavagistes, ces dernières font des attaques surprise chez d’autres colonies, massacrent les guerrières adverses et les ouvrières pour atteindre les couvains et là ouvrent les mandibules et... prennent délicatement les œufs et les larves pour les ramener chez elles...Elles vont choyer, nourrir, laver les petites larves, jusqu’à ce que celles-ci deviennent fourmis. Les nouvelles-nées ne se rendront compte de rien, elles n’auront aucun souvenir du rapt qu’elles ont subi, rien et elles bosseront comme toute fourmis, pour ce qu’elles croiront leur colonie. Malin hein ?

Maintenant...Je vous ai réservé le pire pour la fin...Avez vous déjà entendu des fourmis mangeuses d’Homme ? Le croyez-vous ? Non ? Hé bien vous avez tord car ces fourmis existent, et c’est loin d’être une blague. Elles sont appelées « fourmis légionnaire », elles ont la particularité d’être nomade, ne s’arrêtant que de rares fois en créant un bivouac pour la nuit. Elles marchent à longueur de temps formant des trainées de plusieurs dizaines de mètres (jusqu’à 300 mètres !) dans un alignement quasi-militaire. Les ouvrières portant les denrées aux centre et les guerrières détruisant tout et tuant tout sur leur passage, sur les bords et en avant. La reine quant à elle est transportée par des dizaines d’ouvrières qui se relaient pour soulever l’énorme reine (qui pèse plus qu’une centaine de guerrières réunies).

L’une d’entre elles, la fourmi Magnan, fait la terreur des africains, en effet lorsque ces fourmis arrivent, les villages sont désertés, les bêtes détachées...Ces fourmis détruisent tout et mangent tout sur leur passage, elles sont capables de dévorer un bœuf, ou un homme. A une époque, il s’agissait d’un instrument de torture, on plaçait le condamné sur le passage des fourmis, et on le récupérait après sous forme de squelette bien lisse. Mais attention, on en tire aussi des avantages ! En effet, lorsuq’une colonie arrive, les habitants du village laissent les portent ouvertes pour que les fourmis puissent aseptiser l’intérieur des maison, sympa non ?

5 commentaires:

  1. Maintenant que j'y pense, je me souviens avoir lu un livre il y a au moins 10 ans qui se passait en Afrique, et dans un des chapitres, la famille se faisait envahir et attaquée par des fourmis dans leur propre maison. C'était des occidentaux, et des milliers de fourmis en file, comme sur la photo que tu as mise, arrivaient pour rentrer dans la maison et le père avait mis des flambeaux tout autour de la maison pour éviter qu'elles ne rentrent et les dévorent... au final ils avaient carrément dû quitter la maison car elles finissaient par ne plus avoir peur du feu... Ca m'avait traumatisé. Je ne me souviens plus de quel livre il s'agissait, mais je croyais que tout ça n'était que de la fiction... :-s

    RépondreSupprimer
  2. Oui non mais ça craint, quand elles arrivent il n'y a qu'une solution : fuir

    RépondreSupprimer
  3. Salut Lydie!
    Comme j'avais un peu de temps et que j'avais pas tout lu sur ton blog, j'ai quasiment tout relu et en tombant sur cet article ça m'a fait penser à une vidéo que j'ai vue il n'y a pas longtemps, voilà le lien : http://www.taulard.net/video/id/780 c'est assez dingue. Voilà c'est tout ^^ (et encore bravo pour ton blog où on apprend plein de trucs!)
    Bisous
    Sarah

    RépondreSupprimer
  4. c'est un film avec les fourmis légionnaires :

    Quand la Marabunta Gronde
    Film américain (1953) de Byron Haskin

    RépondreSupprimer
  5. Sympa ton p'tit blog.

    Dans un film asser récent (mais vraiment pas un chef-d'oeuvre), appelé 600 kilos d'or, on y voit une colonie de fourmis d'amérique du sud emporter carrément des cadavre d'être humain.

    bye

    RépondreSupprimer

Ce site n'étant pas un panneau publicitaire, je vous prie de ne pas faire de publicité pour d'autres sites, produits, et autres, sans liens avec mon blog. Merci