dimanche 13 avril 2008

Les seigneurs de la mer / Sharkwater


Hier soir je suis allée voir le nouveaux film documentaire intitulé "Le seigneur de la mer" réalisé par le jeune photographe et biologiste : Rob Stewart. Et rien que pour vous, je vais faire une petite review de ce superbe film.


Tout commence sur des images de fonds marins superbes, sur une bande son de très haute qualité qui vous emporte au rythme des laminaires qui dansent au gré des courants...Quelques animaux de ci de là et le personnage principal apparait : le requin bien évidemment. Le titre de seigneur des mer ne pouvait être attribué qu'à cette merveille de la nature qu'est ce Sélacien. Rob Stewart, à mesure que nous progressons sous l'eau nous explique d'une façon très claire l'histoire du requin, son importance dans l'écosystème, son évolution et la coévolution du monde à ses cotés. Vous apprendrez qu'il existe depuis près de 400 millions d'années et que c'est lui, le maitre de la chaine alimentaire qui a façonné en quelque sorte le monde dans lequel nous vivons...

Rob Stewart, photographe, biologiste, et réalisateur du film

Bien loin d'un cour de biologie, vous n'aurez que très peu de passages descriptifs de l'animal, ce film est tourné telle une histoire, avec des moments de suspense et d'action. Vous serez notamment embarqués sur un navire de GreenPeace, partant à la chasse des braconniers qui tuent sans vergogne des centaines de milliers de requins pour leurs ailerons. Vous verrez à quel point le trafique de requin a de la puissance, à tel point que ces défendeurs de la législation et des animaux ont failli être tous emprisonnés sans chef d'accusation...

Certaines scènes, proches de l'insoutenable mais pourtant bien réelles m'ont fait bondir de mon siège tellement la cruauté sans limite se montrait sous son plus sombre jour. Mais ce qui m'a le plus fait râler (ce qui a fait rire mon voisin), c'était l'ignorance de certaines personnes interviewées, qui défendaient le trafique en tenant des propos tels que "les requins sont des monstres mangeurs d'hommes, et il faut les manger pour gagner leur force, car les requins ne meurent jamais". Un magnifique "mais quel con celui là" n'a pas pu s'empêcher de sortir de ma bouche durant le film.

Requin marteau à qui les braconniers ont coupé les ailerons...

Les requins tuent 5 personnes par an...Et vous savez combien les noix de cocos en tuent??? 200 par an!!! Et pourtant nous n'exterminons pas les noix de cocos si? De même, ces braves noix n'ont pas une réputation de tueuses d'hommes! D'autres chiffres sont livrés au cours du film. Et après les avoir lu vous pourrez vous moquer de quiconque vous dira que les requins sont des monstres qui aiment croquer de l'humain.


Ce n'est pas le requin qui mange l'homme, mais l'homme qui lui donne à manger

Le problème est qu'aujourd'hui, les requins sont massacrés pour nourrir un commerce énorme d'ailerons (les requins sont capturés; on coupe les ailerons, et on les jète, souvent encore vivants, à l'eau où ils périssent sur les fonds...), des états sont corrompus, et la mentalité globale étant formatée par des films stupides comme "les dents de la mer", rien n'est fait pour les sauver...

Tout ce qui reste, c'est ces combattants de greenpeace et autres chercheurs, biologistes, etc qui se battent pour sauver les rois des océans, ceux qui maintiennent un écosystème dont nous dépendons totalement...


Mais le constat est là : 90% des requins auraient été exterminés déjà par la faute de l'Homme...C'est pourquoi je vous invite à aller voir ce film, à inviter vos amis à aller le voir et à signer cette pétition pour faire bouger les choses par vous même.

Le monde futur ne peut se concevoir qu'en harmonie avec la nature, notre arrogance et notre sentiment de suprématie nous mènera à notre perte...Et ça, toute la communauté scientifique est d'accords là dessus...A nous de bouger!



Voir le site du film : http://www.les-seigneurs-de-la-mer.mk2.com/sharkwater_index.html

samedi 12 avril 2008

Le Lait et l'Homme, une histoire de vache.

Bien souvent, après un grand verre de lait ou un chocolat chaud, on peut se retrouver avec un mal de ventre et une sensation de mal-être. Je vous rassure tout de suite, ça n'a rien d'étonnant, c'est même un phénomène tout à fait naturel. En effet, dans le lait, on peut trouver un sucre particulier qui porte le nom de lactose, et c'est lui qu'il faut pointer du doigt dans cette histoire.


Pour digérer ce sucre, nous avons besoin d'une enzyme* digestive appelée Lactase. Or, nous la possédons pendant l'enfance (indispensable pour la croissance!) mais une fois le sevrage arrivé, cette enzyme "se fatigue" et son activité diminue pour atteindre que 10% de son activité de base d'où l'intolérance des adultes au lait. Ceci explique l'injustice autour du petit déjeuné entre parents et enfants, aux jeunes les bols de lait!

Molécule de lactose (dissacharide : béta-D-galactose et beta-D-glucose)

Cependant, demandez autour de vous, nombreux sont les adultes à supporter tout à fait bien le lait et vous aussi peut-être! Paradoxe? Pas du tout, la réalité, c'est que nous ne naissons pas égaux face au lactose, et c'est l'évolution de notre brave espèce qui nous l'explique.

Pour comprendre, regardons à l'echelle mondiale l'intolérance au lait : dans les pays scandinaves, seulement 4% de la population ne digère pas le lait, plus au sud dans le pourtour méditerranéen, c'est 50 à 75% des gens qui ne le supporte pas ! Et ce n'est rien à coté de l'Afrique avec ses 80% et l'Asie qui frôle les 90% d'intolérance!! En bref, si vous croyiez que le monde entier buvait du lait, détrompez vous : les 3/4 de la population mondiale ne le digère pas!


Carte du monde avec rien dessus, je sais, ça ne sert à rien

Pourquoi ces différences? Tout est une question de génétique. Il a été découvert dans toutes les populations testées à travers le monde des mutations (pas forcément les mêmes) au niveau de l'ADN, qui permettent de garder une production active de la lactase tout au long de la vie.
Et devinez quand ces mutations sont apparues? Sans suspense : lorsque nous avons commencé à domestiquer nos producteurs laitiers préférés : les vaches. Et rien d'étonnant à cela, en effet, être capable de digérer le lait même adulte peut apporter un avantage certains. Par exemple, en cas de manque d'eau : on peut boire le lait de vache, ou encore mieux : en cas d'épidémie due à une contamination de l'eau. En bref, les individus résistants ont donc donné leurs gènes à leur descendance et le taux de personnes résistantes dans une population est en corrélation directe avec notre histoire pastorale.


C'est un bel exemple de co-évolution qu'est celui de l'Homme et de la Vache!


________________________________________________________________
*Enzyme : protéine ayant pour mission d'accélérer des réactions chimique en les catalysant. Elle transforme en substrat en un produit en se fixant au substrat.

--------------------------------------------------------------------------------------------

Sources :
http://www.sanslactose.com/news/news.php?ID=77
http://www.sanslactose.com/intolerance/repartition.php
http://www.caducee.net/DossierSpecialises/nutrition/nutrinews/lait-alimentation.asp

vendredi 11 avril 2008

La physiologie ou comment se mettre dans tous ses états pour rien.

Dans notre organisme et celui de nombreux animaux, il y a deux grands systèmes de régulation qui permettent au corps de s'habituer à l'environnement. D'une part, nous avons le système de régulation dit homéostatique, qui a pour but de maintenir certains paramètres constants, comme la température corporelle ou la pression sanguine. Et d'autre part il existe le système de régulation adaptative qui permet de s'adapter (comme son nom l'indique) à des situations nouvelles.

Et ce dernier système fonctionne avec deux possibilités : La fuite ou le combat. Ce système est par exemple mis à contribution lors d'une confrontation entre deux mâle pour une femelle, ils vont soient se battre (mode combat) soit l'un va abandonner (mode fuite). Lors du choix à effectuer, il y a tout un mécanisme physiologique qui va produire une augmentation du rythme cardiaque, une vitesse accrue de la respiration, bref de quoi vous préparer à une réaction vive et efficace.



Chez les animaux, ce système fonctionne à la perfection, il joue un rôle primordiale pour la survie, mais chez les Hommes, ce système comporte des hics.
En effet, si il fallait donner une différence entre l'Homme et l'animal (même si ça m'énerve profondément ce genre de question), je dirais que nous avons l'art de nous mettre en vrac pour rien. Et ceci est du à ce système. En effet, lorsque nous trouvons un PV sur notre pare brise, le corps va subir un stresse qui va déclencher la cascade physiologique précédemment décrite, augmentant notre rythme cardiaque, notre respiration, tout pour nous préparer à un effort brutale de survie. Et pourtant rien ne le nécessite concrètement. En bref, même pour un PV notre corps se pose la question de "fuite ou combat??" ce qui en soit est globalement ridicule. (j'imagine bien quelqu'un fuir un pv).



Alors oui, notre évolution socioculturelle rend obsolètes quelques unes de nos réactions physiques dans certaines conditions. Le meilleur conseil à donner, c'est de faire un petit footing après ce genre de mise en marche du système, de se dépenser un bon coup pour faire passer tout ça!

samedi 5 avril 2008

Les études, c'est sportif

Question dans un exercice de physiologie :

"Dessinez l'allure de l'enregistrement en courant." ( à lire à haute voix)

Moi je veux bien, mais en partiel ça peut faire désordre.


Evidemment, il s'agissait d'un courant électrique, mais disons que la question porte à confusion (même s'il manque un R).

Mou du genoux!


Les poulpes ou pieuvres ( ces deux appellations sont synonymes) ont toujours fasciné la communauté humaine, de part leur élégance (ou étrangeté c'est selon chacun), leur intelligence récemment mise en lumière, et leur comportement singulier.


Ces maitres des fonds marins mangeurs de crabes font partie des mollusques (céphalopodes - octopodes (8 tentacules)), ils ont donc le corps mou. On pourrait ainsi penser qu'ils meuvent leurs tentacules avec d'infinies possibilités, éh bien non!
Les pieuvres utilisent leurs tentacules comme nous utilisons nos bras, en effet, lorsqu'un poulpe ramène à sa bouche un crabe, sa tentacule se plie en 3 endroits bien spécifiés, qui pourraient être considérés comme nos articulations : épaule, coude, poignet. Pourquoi la pieuvre limite-t-elle ses degrés de liberté de mouvement? L'hypothèse la plus convaincante est que le coût énergétique (en plus simple : le temps que cela prend au cerveau pour gérer le mouvement dans l'espace) est bien moindre lorsque les possibilités sont minimes. En bref, le poulpe est un peu flemmard et n'utilise ses pleines capacités qu'en cas de réelle nécessité.



Mais encore mieux, en me baladant sur un forum de robotique, j'ai découvert cette vidéo complètement stupéfiante (et hilarante ensuite) d'une pieuvre qui prend 6 de ses tentacules à son cou et file en courant avec ses 2 dernières. Comme vous pouvez le voir, elle se sert littéralement de deux tentacules comme de deux jambes : vous pouvez remarquer la rigidité des membres et une "articulation" bien visible différenciant deux zones : "jambe" et "pieds".



video

Ce mollusque ne cessera jamais de nous étonner je pense. (ou de nous faire rire).
--------------------------------------------------------------------------------------

Sources : http://www.vieartificielle.com/